samedi 30 octobre 2010

Marcel SAUVAIGE




Marcel SAUVAIGE et son épouse
Camaret
   Marcel SAUVAIGE est né à Lille. Son père Louis Paul Sauvaige, élève de Jean-Baptiste Corot et de Charles-François Daubigny, fut un peintre de marines et lui transmis sa vocation. Marcel Sauvaige fut l’élève du célèbre peintre Emmanuel Lansyer (1835 - 1893), lui-même élève de Gustave Courbet. Sociétaire des Artistes Français dès 1884, il figura au Salon de ce groupement avec plusieurs mentions (honorable en 1903, médaille de troisième classe en 1906).
Marcel Sauvaige peint essentiellement en Bretagne qu’il découvre vers 1890 au travers du petit port de Camaret en Finistère. La ville reçoit alors la visite régulière durant l’été du « roi des ciels », le peintre Eugène Boudin (1824 - 1898). En 1891, Marcel Sauvaige sera le premier à s’y implanter en faisant construire une maison sur le crête de Pen Hat dominant le Toulinguet. Son ami peintre Charles Cottet (1863 - 1925) l’y rejoindra. Camaret accueille alors une communauté artistique variée avec l’homme de théâtre André Antoine (1858 - 1943), le peintre Etienne Bouillé (1858 - 1933), les écrivains Gustave Toudouze (1847 - 1904) et son fils Georges-Gustave (1877 - 1974) mais aussi le poète Saint-Pol Roux (1861 - 1940) au destin tragique.


La peinture de Marcel Sauvaige est proche de celle de son ami Charles Cottet, une peinture d’ombres, aux lumières fragiles et rares. Les deux hommes peindront notamment le port de Camaret dans ses dernières lueurs que l’on retrouve dans Rayons du Soir de Charles Cottet (photo ci-dessous) et Le port de Camaret présenté par Marcel Sauvaige au Salon en 1903 *.

Charles COTTET, Rayons du Soir
Musée d'Orsay

Empreint de réalisme, le groupe que l’on appellera « la Bande noire », composé de Charles Cottet, Lucien Simon, André Dauchez et René Ménard, peint une Bretagne sombre et mélancolique à l’opposé de la peinture claire des impressionnistes et des nabis. Les sujets tournent autour de la vie des pêcheurs et de la rudesse de leur existence. Charles Cottet en témoignera lors de son séjour à Ouessant en peignant des scènes intimistes poignantes **. La forte dévotion régnant sur ces terres de Bretagne est alors un thème largement illustré.


*   : Collection privée Alphonse de Rothschild, don de 1903 au Château-Musée de Dieppe.
** : Gens d’Ouessant veillant un enfant mort, Musée des Beaux-Arts de Quimper.

Ferdinand CHAUMEAU (1885 - 1950)



   Ferdinand CHAUMEAU est un artiste né à Bourges en 1885. Il y décèdera en 1950. Elève à l’école des Beaux Arts de Bourges puis de Paris, Ferdinand Chaumeau est issu d’une famille d’artistes. Né en 1847, le père Jules transmit sa vocation à ses deux fils Jules et Ferdinand, qui furent ses élèves. Le frère aîné de Ferdinand, Jules Eugène est né le 11 juillet 1878. Elève de Gabriel Maréchal, après un apprentissage à l’école des Beaux-Arts de Bourges, il deviendra un aquarelliste de talent. Nous savons qu’il fut très proche de son frère car il travailla dans l’entreprise de peinture et décoration ouverte par celui-ci en 1920.


Ferdinand Chaumeau, Ferchau de son nom d'artiste, étudiera de la même façon aux Beaux-Arts de Bourges et ultérieurement à ceux de Paris où il sera notamment l’élève d’A. Guerber. Il présidera l’association du Mouciau jusqu’en 1939. Cette association artistique des anciens élèves des Beaux-Arts de Bourges organisait le Salon du Mouciau. Son frère Jules y participera régulièrement jusqu’en 1933. Paysagiste, Ferdinand Chaumeau nourrira sa peinture de ses multiples voyages dans la Creuse, à Dijon, à Royan, à Bandol mais aussi en Alsace et dans le Berry. La Bretagne sera également une source d’inspiration; il y peindra dans les années 1920 notamment à Douarnenez en Finistère.

Richard WANE (1852 - 1904)


 
 

   Richard WANE nait le 3 avril 1852 à Manchester. Il est de descendance française par sa mère. Orphelin très jeune, il fut recueilli par son frère photographe sur l’île de Man. Après avoir travaillé seul le paysage, il retourne à Manchester et y devient élève de Frédéric Shields (1833 - 1911) et de la Manchester Academy. Il vit à Manchester en 1881, puis à Conway. En 1883, il part vivre à Deganvry dans le Pays de Galles où il réside sept années tout en exposant régulièrement à Liverpool. Il expose fréquemment à Londres à partir de 1884, notamment à la Royal Academy. En 1890, il s’y installe dans le quartier de Dulwich où il peint également quelques décors de théâtre. Il revient s’installer à Egremont en 1885 près de Liverpool où il décèdera le 8 janvier 1904 à l’âge de 52 ans. Il meurt en laissant une veuve et cinq filles dont l’aînée, Ethel Wane, fut peintre de genre. Ajoutons que Richard Wane eut un fils Harold né vers 1879 qui décèdera à Liverpool à l’âge de 21 ans le 25 mars 1900 soit quatre années avant celui de son père. Ce fils qui fut son élève disparut au tout début de sa carrière alors qu’il donnait les plus belles espérances comme peintre de marines comme son père (photo ci-dessous).

vendredi 29 octobre 2010

Emmanuel VIÉRIN (1869 - 1854)


   Nous vous recommandons le site de l'Association "Emmanuel VIÉRIN 1869 - 1954" qui présente le catalogue raisonné de cet artiste courtraisien de talent.

http://www.emmanuelvierin.be/fr/index.html

William BOOTH PEARSALL (1845 - 1913)



   William Booth PEARSALL est né le 18 octobre 1845 à Dublin en Irlande. Il se marie le 4 juin 1879 à la jeune Marguerite Emily Stack alors âgée de 17 ans (soit la moitié de moins que son mari). Le couple aura six enfants, 3 fils et 3 filles. Marguerite décède à 32 ans à Dublin, son mari 19 ans plus tard, le 27 décembre 1913. William Booth Pearsall fut un chirurgien dentiste renommé laissant à la postérité de nombreuses études et des inventions brevetées. L’homme marqua également l’histoire des arts par l’amitié qui le lia au peintre américain James Mac Neill Whistler (1834 - 1904).
Amateur d’arts mais aussi artiste, William Booth Pearsall était membre du Dublin Sketching Club. A l’automne 1884, il organise avec le sculpteur irlandais Frederick Lawless (1847 - 1929) et le peintre John Butler Yeats (1839 - 1922), une exposition importante de 25 oeuvres de James Mac Neill Whistler dont le célèbre Arrangement en gris et noir n°1 dit aussi Portrait de la mère de l’artiste peint en 1871 (photo ci-dessous).


Retenu à Londres lors du vernissage, Whistler entretiendra avec William Booth Pearsall une correspondance fournie. Critiqué, il le remerciera vivement de son appui craignant néanmoins que son soutien ne lui fasse passer sa vie entière en controverses. Il lui précisera à cette occasion que le portrait de sa mère n’était pas à vendre. A l’époque, l’oeuvre était en effet gagée pour un prêt consenti à l’artiste. William Booth Pearsall quelques années plus tard réside dans l’appartement londonien de son ami et y rencontre les artistes Mortimer Menpes, Théodore Roussel, Walter Sickert et William Stott.
Cette marine intitulée A Calm Morning fut peinte en 1894. Elle représente sans doute l’arrivée de hookers, ces bateaux traditionnels irlandais utilisés dans la baie de Galway.

Milton J. BURNS (1853 - 1933)





   Milton J. BURNS est né le 9 janvier 1853 à Mount Gilead dans l’Ohio. Un problème oculaire le fait se rapprocher de la mer sur la côte est des Etats-Unis. En 1869 à l’âge de 16 ans, il embarque sur le Panther, steamer baleinier canadien qui part en expédition vers l’Arctique. La chance voudra qu’il y rencontre le peintre William Bradford (1823 - 1892) qui l’initiera aux marines. Dans les années 1870, Milton J. Burns étudie auprès de John George Brown (1831-1913) à la National Academy of Design de New York. Il deviendra en 1871 un membre fondateur du Salmagundi Club à New york. A cette époque, il devint l’ami de Winslow Homer avec qui il fera plusieurs voyages.
Ces dessins rehaussés à l’aquarelle peints dans le début des années 1900 illustrèrent le carnet de voyage de Milton J. Burns. Il s’agit du départ des bateaux de pêches norvégiens dans le soleil de minuit au Cap Nord. Nommées åfjordsbåter, ces chaloupes non pontées étaient utilisées en hiver pour les grandes pêches de la morue. La première illustration fut destinée à la célèbre revue anglaise The Graphic pour laquelle travaillait Milton J. Burns. La reproduction de l'oeuvre fera l’objet d’une page centrale dans l’édition du 25 novembre 1911 sous le titre : « Les marins les plus courageux au monde : lapons revenant de leurs bancs de pêche ». La légende rend hommage à Milton J. Burns « peintre par excellence du monde maritime de part et d’autre de l’Atlantique » et aux Lapons qui hommes et femmes confondus, naviguent sur ces chaloupes pour pêcher la morue au large des îles Lofoten. Pas moins d’une cinquantaine de chalutiers britanniques effectuent la navette entre l’Angleterre et le Cap Nord influençant au gré des campagnes le cours du poisson à Londres.

Marine Oil Paintings


   Amateurs de marine, nous vous recommandons ce blog cousin d'outre atlantique où vous découvrirez les oeuvres de nombreux artistes américains comme le célèbre Winslow HOMER (1836 - 1910) ou Frederick JUDD WAUGH (1861 - 1940). Le blog présente également des artistes d'autres écoles ou contemporains.

http://marineoilpaintings.blogspot.com/

André LYNEN (1888 - 1984)


   Neveu lointain de l’artiste Amédée Lynen, André LYNEN est né le 4 décembre 1888 à Anvers. Disciple de John Michaux (1876 - 1957), il fut à l’Académie d’Anvers l’élève de Piet Verhaert (1852 - 1908) et d’Isidoor Opsomer (1878 - 1967). A la fois peintre, aquarelliste, pastelliste et graphiste, il prendra pour sujets des paysages, des portraits et des natures mortes mais sera surtout reconnu pour ses marines. Dès l’âge de 20 ans, il travaille à Nieuport où il s’attache à peindre la mer du nord. En 1914, pendant la Grande Guerre, il s’engage volontairement et décrit par l’aquarelle l’existence des soldats au front.

En 1916 à 28 ans, André Lynen est admis à la Section Artistique. Cette association est fondée par l'état-major de l'armée belge afin de représenter les faits de guerre et la vie au front. Les artistes travaillent essentiellement à Nieuport et à Loo. Alfred Bastien (1873 - 1955) et Léon Huygens (1876 - 1918) sont à l'origine de cette initiative, qui aurait été soutenue par le roi Albert et la reine Elisabeth. La Section Artistique comprend vingt-six artistes. André Lynen y côtoiera Alfred Bastien, Léon Huygens et Maurice Wagemans (1877 - 1927). En 1928, il expose à Luxembourg et à Copenhague en 1931. C’est en 1933 qu’il fonde la Société Royale des peintres de la Mer, qui organise une exposition annuelle au Palais des Beaux-Arts de Bruxelles. André Lynen décèdera à Bruxelles le 29 juillet 1984.